Sélectionner une page

Quelles sont les origines du solfège ?

Le solfège est un ensemble de signes et de symboles qui permettent de lire et d’écrire la musique suivant des règles précises. C’est est un système de notation employé pour la musique dite « écrite », à savoir la musique classique ou « savante », la musique moderne et contemporaine, la musique de film et, à condition que le contenu musical soit écrit sur une partition, le jazz et la musique de variété. Le solfège est caractéristique de la musique occidentale, la musique orientale privilégiant plutôt l’improvisation et la transmission orale que la musique écrite et construite.

Genèse du solfège

La musique a toujours existé mais le solfège tel que nous le connaissons aujourd’hui est, à l’échelle de l’histoire de l’humanité, une création relativement récente. C’est dans la Grèce antique du 3ème siècle av. J.-C. qu’on peut trouver la première notation musicale consistant à placer les lettres de l’alphabet au-dessus d’un chant en suivant la hauteur des sons. Au 9ème siècle l’Occident chrétien reprend cette méthode mais en conservant seulement les 7 premières lettres. Cette notation alphabétique est adoptée par la musique allemande et anglo-saxonne qui est toujours en vigueur de nos jours et concerne tous les styles de musique, y compris le jazz et la chanson. Les Grecs s’étaient dotés également de traités rythmiques sophistiqués ainsi que d’un système de gammes par degré dont on retrouve certains principes dans le solfège d’aujourd’hui.

Une écriture qui se développe au moyen-âge

C’est un moine bénédictin italien du 11eme siècle, Guido d’Arrezo, qui posa les bases du solfège, ce qui permit à la musique occidentale de connaître une formidable expansion au cours des siècles suivants. Il trouva une méthode de notation tenant compte de la hauteur des sons en prenant la première syllabe de chaque vers d’un chant liturgique, « L’Hymne à Saint Jean Baptiste ». Il imagina également une portée à 4 lignes servant de support pour écrire les notes suivant leur hauteur : deux siècles plus tard la portée passera de 4 à 5 lignes et n’a plus bougé depuis. En ce temps-là la forme des notes était carrée et c’est lors de l’invention de l’imprimerie, au 15ème siècle, que les notes prennent leur forme ronde définitive. Le solfège continua à se structurer jusqu’au début du 18ème siècle puis il cessa d’évoluer pour devenir le solfège tel qu’on l’étudie de nos jours.

Le solfège, indispensable pour apprendre la musique

Souvent décrié pour son apprentissage jugé trop abstrait le solfège reste, de l’avis de tous les musiciens, la meilleure façon de s’initier à la musique et il n’est guère possible de s’en passer. Il existe aujourd’hui plusieurs façons de l’apprendre. Si la méthode traditionnelle est de passer par le conservatoire de musique, on peut également acquérir une méthode en livre ou sur internet où des sites proposent d’apprendre le solfège. La théorie musicale étant une matière très spécialisée, il est recommandé de l’étudier, sur internet comme ailleurs, avec un professionnel maîtrisant la musique classique.