Sélectionner une page

Historiographie dans les pays qui s’émancipent de la dépendance coloniale et semi-coloniale

Un phénomène important dans l’historiographie contemporaine est l’émergence de l’historiographie nationale dans les pays qui s’émancipent de la dépendance coloniale et semi-coloniale et qui s’engagent sur la voie du développement indépendant.

Dans ces pays, l’historiographie a longtemps eu un caractère féodal; dans l’ensemble, le type prédominant de travail historique était la chronique, et il y avait une absence de généralisation et de méthodes contemporaines de critique scientifique.

La genèse de l’historiographie bourgeoise dans ces pays a été étroitement associée à la formation des nations (natsiia, nation au sens historique du terme) et des nationalités, à la croissance de la conscience de soi nationale et à la recherche des racines des traditions historiques qui pourraient s’opposer à l’influence de l’idéologie des colonisateurs.

La formation d’une historiographie nationale est indissociable du travail des éducateurs. Ainsi, en Inde, dès le début du XIXe siècle, Rammohun Roy, l’une des premières figures de l’historiographie indienne moderne, commença à étudier l’histoire de la culture et de la religion de son pays. En Chine, K’ang Yu-wei et Liang Ch’ i-ch’ao ont entrepris un réexamen des textes confucéens, qu’ils ont tenté d’utiliser pour expliquer la nécessité d’un changement progressif. Butrus-al-Bustani, Rifaa at-Tachtawi et J. Zaydan ont initié le développement de l’historiographie contemporaine dans les pays arabes. Agha Khan Kermani et Malkom Khan ont été les pionniers en Iran et José Rizal aux Philippines. L’historiographie dans les pays orientaux a été fortement influencée par l’historiographie d’Europe occidentale.

Depuis la libération des pays orientaux de la domination coloniale, leur historiographie reflète les efforts déployés pour réinterpréter l’histoire coloniale et réévaluer les événements dans leur propre histoire. On peut noter un lien plus étroit entre l’idéologie anticolonialiste et l’intérêt pour l’histoire nationale. Par exemple, l’historiographie de l’Inde et du Pakistan a interprété la révolte indienne de 1857-59 comme une révolte populaire et progressiste, à la différence de l’historiographie bourgeoise occidentale, qui la considère comme une rébellion militaire. Des personnages historiques de premier plan, tels que Jugurtha en Algérie, Chaka et Dingaan en Afrique du Sud, Samory Touré en Afrique de l’Ouest et M. Sabay aux Philippines, sont considérés comme des héros du mouvement de libération dans l’historiographie nationale.

L’étude de l’antiquité et du Moyen Âge continue d’occuper une place importante dans l’historiographie de ces pays, une attention particulière étant accordée aux problèmes actuels. Les époques de grandeur du passé contrastent avec la période d’oppression coloniale.

L’historiographie des États africains contemporains au sud du Sahara cherche à démontrer l’existence d’une culture indigène chez les peuples de ces pays bien avant l’arrivée des Européens et tente de purifier l’histoire des peuples africains des falsifications avancées par certains historiens racistes bourgeois européens.

L’historiographie nationale met l’accent sur l’étude du mouvement de libération dans les temps modernes et contemporains, les révolutions de libération nationale et la lutte actuelle contre l’impérialisme. Les travaux de personnalités éminentes du mouvement de libération nationale, dont J. Nehru (Inde), Kemal Atatürk (Turquie), Sékou Touré (Guinée) et J. Kenyatta (Kenya), ont eu une grande influence sur le développement de l’historiographie nationale.

Dans les jeunes écoles historiques nationales d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine, l’intérêt pour l’histoire purement politique s’oriente vers des matières plus larges, en particulier l’histoire culturelle et socioéconomique. Il y a une spécialisation croissante non seulement par périodes, mais aussi par sujets et problèmes à l’intérieur de ces périodes.

L’historiographie anti-impérialiste nationaliste en Asie, en Afrique et en Amérique latine plaide parfois contre l’europo-centrisme bourgeois en exagérant le rôle de “son” continent et de “son” pays dans l’histoire du monde, en surestimant le niveau de son développement à différentes époques et en idéalisant les figures du passé. Ainsi, les partisans du soi-disant Asiacentrisme affirment que les pays asiatiques ont joué le rôle dominant dans l’histoire du monde. Les partisans de la théorie de l’exclusivité africaine tentent de prouver que l’Afrique se développe sur une voie différente de celle des autres continents. Les érudits marxistes d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine luttent résolument contre l’exagération du rôle des peuples européens dans l’histoire du monde et contre la surestimation du rôle des peuples de n’importe quelle partie du monde; ils soutiennent la représentation objective de la contribution spécifique de chaque nation au processus historique mondial. La science historique marxiste des pays socialistes influence de manière significative l’historiographie des pays asiatiques, africains et latino-américains.

Dans les années d’après-guerre, les historiens de divers jeunes États indépendants se sont réunis pour étudier l’histoire de régions choisies ou de problèmes généraux; des ouvrages de cette nature ont été écrits sous les auspices de l’UNESCO. Les universités et les institutions savantes d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine deviennent des centres importants pour l’étude de l’histoire nationale et la formation des historiens.